Côte d’Ivoire

Titre du projet: “Akale Pisciculture / Mesics Ivoire”

Location: ferme de 5 ha, près de Sikensi, 80 km au Nord d’Abidjan

Project Partner: Father Siméon Okrou

p/a U.C.A.O., 08 BP 22, Abidjan
Tel: + 225 224 00 650
Fax: + 225 224 41 593
Portable: + 225 05 006 394

Email: okrsim@yahoo.fr

Mise a jour 2009 : Cote d’Ivoire

En octobre 2009, Mesics a decidé de faire une donation de plus de 3000 euros au partenaire, Pere Simeon Okrou, afin de réparer le vieux tracteur de huit ans. Ce tracteur était un cadeau de l’ambassade Néerlandaise à Abidjan en 2001. Un aspect important de la philosophie d’indépendance financière est la nécessité de prévoir des réserves pour la réparation et le remplacement éventuel du matériel. Ceci n’était pas le cas dans le cas du tracteur. Mesics a décidé quand même de financier la réparation.

Le Père Okrou est encore professeur à temps plein à l’université d’Abidjan. C’est pourquoi il n’a pas suffisamment le temps de s’occuper de la ferme à Sikensi. Par conséquent, la ferme n’a pas pu se développer correctement pour être un centre de formation pour des jeunes fermiers.

Les étangs Tilapia ne sont plus maintenus à cause des vols fréquents. Malgré la réparation du tracteur, la ferme, en coopération avec le magasin, s’avèrent indépendants financièrement.

Le groupe féminin du village Souekedi semble fonctionner correctement avec la moulin à mais installé en 2008. Un rapport correct manque. Le Père Okrou souhaite commencer deux autres groupes féminins en 2010. Pendent la troisième conférence Mescis, le Père Okrou et des représentants de KICI ont discuté la possibilité de commencer un projet avec des vaches de lait et la vente de vêtements de second main depuis les Pays-Bas. Sur la recommandation de Mesics, on a décide de ne pas encore commencer ces projets et d’attendre jusqu’au moment que la ferme et le magasin sont vraiment indépendants, lorsqu’ils sont capables de jouer le rôle de centre de formation et, idéaliter, de commencer des projets eux-mêmes. Ceci a été discuté et décidé avec le Père Okrou et KICI en toute honnêteté.

Historique

Ayant ses racines à Sikensi, le Père Okrou à développé sa ferme sur son propre terrain depuis 1992. En tant que Professeur à l’Université de l’U.C.A.O., il a voulu créer un endroit pour lier théorie et pratique et pour avoir une activité génératrice de revenus complémentaires.

Comme l’action principale à la ferme était la culture de tilapia dans environ 3000 m² d’étangs naturels, le Père Okrou à cherché l’assistance du Père Jan Heine et de Mesics en 1997.

Objectif

L’objectif de la ferme a évolué graduellement. La ferme est devenue un centre d’inspiration, d’éducation et de développement social. L’autosuffisance financière est un critère essentiel: les coûts de l’opération doivent être pris en charge par les revenus de la production de la ferme. Les grands investissements peuvent être financés par des sources extérieures.

Fonctionnement

Produits: 1 palmeraie, 5000 m2 d’étangs tilapia, poules, bétail (30 chèvres, 30 bœufs, 80 porcs).

Main d’oeuvre: 5 agents à plein temps, nombre variable d’employés à temps partiel.

Investissements par Mesics: une digue fluviale, 2000 m2 d’étangs tilapia, tracteur, porcherie, cabanon pour sentinelle, maison de réception, magasin/boucherie, différents instruments de production. Total: environ € 80.000,-.

Contribution locale: terrain, main d’oeuvre, gestion, frais divers en espèces et en nature. Le total est difficile à quantifier.

Titulaire: le Père Okrou est titulaire du terrain et de touts les investissements. Mesics et le Père Okrou discutent actuellement le création d’une fondation ou ONG « Mesics Ivoire », pour mieux garantir la continuité du projet.

Résultats

  • Rotation continuelle des agents.
  • Installation d’un broyeur au village
  • Assistance aux voisins.
  • Coopération avec une école agricole locale pour placer des stagiaires à la ferme.

Evaluation (1998-2006)

L’autosuffisance financière de la ferme semble être réalisée, vu qu’elle existe déjà depuis 1992. Surtout étant donné la situation économique et politique délicate du pays ces dernières années, ceci peut être considéré comme positif. Le volet social de la ferme semble plus difficile à juger.

Le fait que régulièrement des jeunes agents sont formés pour une ou plusieurs années, et puis quittent la ferme pour devenir autonomes, semble positif. Aussi la coopération avec l’école locale est positive. Jusqu’à présent des étudiants/coopérants Européens n’ont pas travaillé à la ferme. Dans ce cadre il faut noter que l’instabilité politique supposée des dernières années en Côte d’Ivoire n’a pas stimulé les visites des Européens dans ce pays.

Le Père Okrou veut organiser des groupes de femmes au niveau de la Paroisse du village, pour les stimuler à s’engager dans des activités d’auto-prise en charge. Il faut toujours se demander, vu le niveau des investissements, si l’objectif de la ferme est atteint dans une mesure satisfaisante. Dans ce contexte, Mesics se permet d’avoir une perspective à long terme. Mesics est convaincu des capacités et des bonnes intentions du Père Okrou. C’est pour cette raison que Mesics a décidé de continuer son appui au projet.

Un moment important d’évaluation sera la 3ème Conférence de Mesics, qui aura lieu à Sikensi, en 2009.