Togo

Titre du Projet: Ferme Ecole “La Reine”

Localité: 5 ha à Zalivé, Préfecture des Grands Lac, à 50 km Est de Lomé

Partenaire local: Paul Sossa

BP 384, Lomé, Togo
Tel + fax: + 228 222 9 139
Mobiel: + 228 938 48 62

Email: ferzal2001@yahoo.fr

Mise a jour 2009

La décision prise en février 2009 d’arrêter la coopération avec Paul Sossa était regrettable mais inévitable. Sous la direction de Paul la ferme n’a pas réussi à être financièrement indépendante. Malgré de nombreuses investissements et du soutien pendant des années, la ferme n’a pas pu fonctionner avec un résultat positif. Malheureusement, les deux premières phases du projet de l’écoles étaient déjà partiellement payés en avance: 20000 euros des 70000 euros, pour les fondations des premiers murs. La vision d’un projet non fini et abandonné, c’est devenu aussi la réalité amère pour les Mesics, pour la première fois dans 10 ans.

Trois projets plus petits seront continués jusqu’à la fin de 2010:

  • L’orphelinat de la Sœur Victorine à Aného : four à pain.
  • L’atelier-menuiserie “ Menuiserie Kolping” à Lome.
  • Les frais pour la formation Doctorat Agronomie pour Nicolas Aziafo.

Le président visitera Togo au début du mois de février 2010. Ensuite, la décision sera prise si oui ou non les activités au Togo continueront.

Historique

Paul Sossa a recherché l’assistance du Père Jan Heine et de Mesics en 1997, dans le désir de promouvoir la culture de tilapia dans sa région d’origine, la Préfecture des Grands Lacs. Sossa a bien réussi à introduire la culture de tilapia à petite échelle, dans des familles ou petites collectivités dans les villages de Glidji et Zalivé.En 2001 Mesics a décidé d’élargir la coopération avec Sossa en acceptant de co-investir dans une ferme à Zalivé, Ferme Ecole « La Reine », nommé d’après sa femme décédée, Reine.

Cette décision de Mesics était surtout motivée par un haut niveau de confiance dans les compétences et les intentions de Paul Sossa, après 4 ans de coopération étroite.

Objectif

L’objectif de la ferme est de constituer un centre régional de production, de formation et d’inspiration. Une attention spéciale est donnée aux plantes et techniques indigènes pour régénérer les sols dégradés par l’usage intensif des pesticides et des engrais. Il est espéré que cet exercice servira d’exemple pour les fermiers de la région.

L’autosuffisance financière est un critère important : les coûts de fonctionnement de la ferme doivent être pris en charge par les revenus de la production de la ferme. Les grands investissements supplémentaires ou les actions sociales importantes peuvent être financés par des sources extérieures.

Fonctionnement

Produits : 1000 poules pondeuses, 20 porcs, 2 ha de cultures maraîchères (tomates, piment), fruitières ; 2 ha en cours de régénération, prêt pour plantation de maïs en 2007.

Main d’œuvre : 4 agents permanents ; nombre variable d’agents à temps partiel.

Investissement par Mesics: terrain, bâtiments divers, voiture bâchée, 2 pompes, groupe electrogène, forage, château d’eau, fonds de roulement : total ca. € 50.000,-.

Contribution locale : main d’œuvre, gestion, éléments divers en espèces et en matière : le total est difficile à quantifier.

Titulaire : Paul Sossa est titulaire du terrain et des investissements.

Résultats

L’introduction de la culture tilapia à petite échelle est une réussite, mais on ne peut pas conclure que la prolifération se fait spontanément.

La Ferme Ecole « La Reine » n’a pas encore atteint le niveau de l’autosuffisance financière, mais elle semble être en bonne voie. Plusieurs agents ont été formés.

Les essais de régénération des sols dégradés sont suivis avec grand intérêt par les fermiers voisins. Si les résultats sont bons, l’équipe de La Reine est prête à assister et à instruire les voisins. Des conclusions définitives sont attendues vers 2008.

Paul Sossa s’est engagé à organiser une union de producteurs de tomates. L’union a pour but de mieux gérer la production et surtout la distribution des tomates.

Sossa est aussi Chef de la Famille Kolping au Togo. Kolping est une organisation de charité Allemande d’origine Catholique. Mesics a soutenu des actions de Kolping au Togo : une menuiserie à Lomé et une crèmerie à Aného.

Un échange positif était attendu de la coopération avec une ONG locale active dans le domaine de la médecine traditionnelle. Malheureusement cette coopération s’est révélée très négative, causant des problèmes sévères pour « La Reine », de sorte que la ferme n’a pas encore pu atteindre l’autosuffisance financière en 2006.

Evaluation (1998-2007)

Atteindre l’autosuffisance financière est difficile pour chaque projet, en Afrique, en Europe, partout. Le fait que La Reine n’a pas encore atteint cet objectif est en même temps décourageant et compréhensible.

La malheureuse coopération avec l’ONG mentionnée , mais aussi la menace de la grippe aviaire, sont à l’origine de ces problèmes.

Les actions sociales émanant de la ferme se portent surtout à des assistances aux villageois : des étangs et bassins tilapia, une porcherie, formation, etc.

Des coopérants/stagiaires Européens ne sont pas encore venus, mais on espère que la ferme sera bientôt en état de recevoir des coopérants/stagiaires.

Mesics est convaincu de la compétence et des bonnes intentions de Paul Sossa. C’est pour cette raison que Mesics se permet d’avoir une perspective à long terme. Une évaluation importante sera faite pour la 3ème conférence de Mesics, prévue pour 2009 en Côte d’Ivoire.